E-commerce en France : Les chiffres clés pour début 2016

« Aucune nation n’a jamais été ruinée par le commerce. »

Benjamin Franklin

Cocorico ! La France occupe la 6ème place dans le marché du e-commerce mondial et toujours la 3ème en Europe derrière le Royaume Uni et l’Allemagne, d’après un sondage réalisé par l’Ifop, l’instsitut de sondage, en février 2016. (lire notre dernier article ici )

En moyenne, plus de 1.000€ ont été dépensés sur Internet en 2015. Ce qui représente une augmentation de 17% du chiffre d’affaires des e-commerçants. Une augmentation est prévue en 2016.

Quelles sont les secteurs les plus avantageux ? Quels sont les services attendus par le cyber-consommateur ? Quel est le device le plus utilisé ?

  • L’évolution du e-commerce en France

La France a pris son temps pour raccrocher son wagon au train virtuel mais depuis elle s’est bien rattrapée mais il y a encore du chemin à faire pour arriver aux premières places . L’e-shopping fait aujourd’hui partie intégrante des habitudes d’achat des consommateurs français avec 53% d’acheteurs réguliers et 47% de personnes qui achètent de temps à autre.   

L’habillement et les loisirs sont les deux principales catégories de produits vendus en ligne avec respectivement 74% et 70% d’achats.

Les jeunes femmes entre 18 et 24 ans sont plus sensibles aux incitations marketing telles les réductions exclusives ou les invitations à des ventes privées.

e-commerce2016

  • Les attentes de l’internaute

Nous savons qu’aujourd’hui 4 internautes sur 5 réalisent des achats en ligne. Il y a trois raisons principales qui poussent les consommateurs à adopter ce mode d’achat : l’habitude, la réputation et le suivi client. Les trois sont intrinsèquement liées et découlent de motifs divers et variés :

  1. Le confort de pouvoir acheter de chez soi et être livré. Une habitude qui prend.
  2. La possibilité d’acheter tous les jours et à n’importe quelle heure.
  3. Une large sélection de produits disponibles.
  4. La réputation d’après l’avis des autres acheteurs sur un vendeur ou un produit précis.
  5. La facilité de comparer les prix d’un même produit à celui de ses concurrents.
  6. Des promotions disponibles uniquement en ligne.
  7. La liberté d’acheter des produits non disponibles en France mais sur des sites étrangers.
  8. La rapidité du service client, plus réactif que dans le cas d’un achat en brick and mortar.
  • La part du m-commerce dans les conversions

71% du trafic reste lié au mobile mais il reste très loin derrière un ordinateur fixe lors de la phase de conclusion de l’achat où il ne représente que 5% des conversions contre 87% pour les ordinateurs fixes. Les 8% restants sont attribués aux conversions sur tablette. On peut attribuer cette différence à plusieurs facteurs :

  1. Le site n’est pas adapté au m-commerce.
  2. Le manque de confiance.
  3. La crainte d’être inondé par des publicités.
  4. L’augmentation aux risques de fraudes.
  • L’Impact visuel : facteur décisif d’achat

26% des internautes sont sensibles aux éléments visuels.

Que ce soit sous forme de photo, vidéo, photo multi-angle ou d’animation à 360° ou en 3D, l’aspect visuel est incontestablement un élément clé dans la décision d’achat. L’internaute doit avoir le sentiment de posséder le produit rien qu’en le regardant.

L’habillement avec 34 %, l’équipement maison avec 32% et l’électroménager avec 30 %, représentent les 3 secteurs phares impactés par le visuel.